Tunisie : critiquer le wahhabisme saoudien fait limoger un ministre

Le ministre tunisien des Affaires religieuses, a été démis de ses fonctions le 4 novembre 2016 pour des déclarations critiques sur le wahhabisme. Abdelajalil Ben Salem a fait le lien entre wahhabisme saoudien et terrorisme. La polémique ne faiblit pas.

 

«Ce qu’on voit dans le monde islamique comme extrémisme et terrorisme provient de l’école wahhabite, de bonne ou de mauvaise foi ». La déclaration n’est peut-être pas diplomatiquement correcte mais elle intervient dans le cadre d’un débat au Parlement. Le ministre tunisien des Affaires religieuses répondait à un député sur les moyens de «combattre la propagande wahhabite». Il prônait surtout une réforme de cette pensée rigoriste de l’islam, mais le débat sur le wahhabisme semble tabou et déchaîne les passions.

 

«Le wahhabisme source de terrorisme»

Plusieurs quotidiens tunisiens ont réagi aux déclarations concernant le wahhabisme saoudien en soutenant le ministre (limogé) des Affaires religieuses. « C’est le seul ministre qui dit ouvertement ce que pensent tout bas ses collègues…le wahhabisme est source de terrorisme » affiche à la Une le quotidien Al Maghreb. «Le terrorisme provient de l’école wahhabite»  titre de son côté le Quotidien. Des centaines de personnes ont réagi également sur la page Facebook de la présidence du gouvernement et sur les réseaux sociaux.

 

Le communiqué présidence gouvernement

0

 

Le communiqué de la présidence du gouvernement tunisien annonçant le limogeage du ministre des Affaires religieuses.

 

Les investissements des pays du Golfe

La presse et les médias saoudiens insistent de leur côté sur le limogeage du ministre. «La Tunisie espère retrouver ses bonnes relations qu’elle avait avec Riyad avant 2011 ce qui pourrait l’aider à attirer les investissements des pays du Golfe dans ce contexte de crise économique croissante » peut-on lire dans l’article d’Asharq Al-Awsat  (en arabe) consacré à cette affaire.

 

La lutte contre l’extrémisme religieux est un véritable problème en Tunisie, confrontée à l’essor d’une mouvance djihadiste responsable de plusieurs attaques terroristes.

Le pays serait le principal fournisseur de combattants étrangers dans les rangs de Daech.

 

Par Eléonore Abou Ez avec agences@GeopolisFTV

http://geopolis.francetvinfo.fr/