Sommet Afrique-France 2017 : Quel bilan ?

Version imprimable
Le 27ème Sommet Afrique-France s’est tenu les 13 et 14 janvier 2017, à Bamako, au Mali. Près de 35 chefs d’État ont répondu présent. Il a été question de la sécurité de la Gambie représentée par Adama Barrow, de la campagne des pays pour l’élection de leur candidat à la tête de l’UA et de l’hommage de dirigeants africains à François Hollande.

Après deux jours d’une rencontre qui a réuni plusieurs dizaines de chefs d’État en Afrique, le bilan est plutôt mitigé. Toutefois, ce sommet a connu quelques moments forts, entre autres l’hommage du chef d’État malien, Ibrahim Boubacar Keita, au président français, François Hollande, pour son soutien à la lutte contre le terrorisme et la pauvreté. En retour, le président français a exprimé son admiration pour le Mali, pour sa capacité à se redresser après la crise de 2012. Il a surtout tablé en Afrique sur une politique sécuritaire, à travers des interventions militaires majeures au Mali, en République centrafricaine et dans plusieurs pays sahéliens. Il a dans son intervention insisté sur les liens solides qu’il a tissés avec l’Afrique qu’il a visitée une trentaine de fois en cinq ans.
Les chefs d’État ouest-africains et François Hollande ont aussi saisi l’occasion pour apporter leur soutien à Adama Barrow, vainqueur de l’élection présidentielle du 1er décembre en Gambie face à Yahya Jammeh. Adama Barrow a d’ailleurs été invité à la rencontre en qualité de «président élu». Dans ce sens, un mini-sommet des chefs d’État de la Cedeao s’est tenu sur le cas de la Gambie à l’issue duquel il a été convenu de poursuivre le dialogue avec Yahya Jammeh.
Le sommet Afrique-France a également été l’occasion pour les candidats au poste de la présidence de la commission de l’UA d’aller chercher des voix avant l’élection prévue les 30 et 31 janvier à Addis-Abeba, en Éthiopie.
Autre fait manquant, la polémique autour d’un enfant tué par les soldats français au Mali. L’incident a soulevé un tollé au Mali. Interrogés sur le sujet, François Hollande et Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, ont joué la carte de l’apaisement et promettent un éclaircissement et une enquête transparente pour élucider les circonstances de ce décès.
La rencontre a été marquée par quelques absences majeures, dont celles des présidents ivoirien, Alassane Ouattara, camerounais, Paul Biya, et congolais, Joseph Kabila.

MAIMOUNA DIA, JOURNALISTE, GRAND REPORTER – Les Afriques –

Une pensée sur “Sommet Afrique-France 2017 : Quel bilan ?

Commentaires fermés.