Réforme agraire: Après le Zimbabwe et l’Afrique du Sud, la Namibie va exproprier les fermiers blancs

 

Pour honorer la devise nationale de la Namibie, Unité, Liberté, Justice, le Président Hage Geingob a décidé d’exproprier les fermiers blancs qui occupent plus de 85% des terres cultivables du pays. Annonce en a été faite lors de la célébration de l’indépendance de l’ancienne colonie allemande.
Hage Geingob, Président de la Namibie, n’est pas fan du Président du Zimbabwe, Robert Mugabe, mais il épouse certaines de ses idées. Comme par exemple exproprier les propriétaires fonciers blancs de son pays. Il a exprimé cette volonté mardi 21 mars, lors de la 27éme célébration de l’indépendance de la Namibie. Les expropriations, selon le chef de l’état, se feront avec une compensation financière mais juste. L’objectif étant de redistribuer 43% des terres arables d’ici 2020. Chez l’ancienne colonie allemande, plus de 85% des terres cultivables sont détenues par les africains blancs. Communément appelés africains européens, ils ne représentent que 7% des 2 millions d’habitants que compte le pays. Les noirs qui dépendent pourtant en grande partie de l’agriculture se contentent seulement de quelques lopins de terre. Une injustice que les autorités comptent corriger.

Politique de promotion de la population noire
Déjà en 1999, pour faciliter l’accès aux noirs aux plus hautes sphères de l’économie, l’agriculture en particulier, une politique de promotion de la population noire a été mise en place et une loi a été votée pour la création d’un fonds pour le développement en Namibie. Aujourd’hui, seuls 27 pourcents des terres ont changé de propriétaires, au profit de la majorité noire selon la BBC qui cite un syndicat des agriculteurs namibiens.

Cette inégalité au profit de la minorité blanche n’est pas notée seulement dans le domaine de l’agriculture. Partout ou presque, les noirs sont en bas de l’échelle. Et le plus souvent, ils sont cantonnés à des postes à responsabilité réduite et mal rémunérés.

Les Afrikaners en Afrique du sud prochains sur la liste ?
Ces blancs, pour la plupart, fils d’aventuriers et de propriétaires terriens sont plus nombreux dans les centres urbains que de dans le reste du pays. Dans la capitale Windhoek, ils sont 25 000 habitants d’origine allemande soit 30 % des résidents. Descendants des colonisateurs allemands et sud-africains qui ont gouverné le pays de 1844 à 1990, ils conservent toujours certains privilèges de l’apartheid à l’image de leurs semblables qui vivent Afrique du Sud. Seulement chez les Afrikaners la peur de se faire exproprier est plus vive. où le Président Jacob Zuma entend réfléchir à des mesures pour exproprier les fermiers blancs sans aucune compensation.

Plus encore, le pays est plongé dans une instabilité croissante et des tensions raciales ces derniers jours. Une situation qui inquiète les blancs du pays. Selon nos confrères de Breizh-info, un média indépendant breton, les Suidlanders, membres d’une ONG sud-africaine (Afrikaners) tentent d’ailleurs d’anticiper le basculement progressif de l’Afrique du Sud vers une situation d’anarchie. Selon toujours la même source, la menace qui pèse sur les blancs, largement minoritaires et persécutés dans tout le pays, devient de plus en plus pressante.

Une pensée sur “Réforme agraire: Après le Zimbabwe et l’Afrique du Sud, la Namibie va exproprier les fermiers blancs

Commentaires fermés.