Prospection pétroliére: accord entre Malabo et l’irlandais Clontarf Energy

En décrochant un permis de prospection au large de la Guinée Equatoriale, l’irlandais Clontarf Energy espère dépasser les mauvais résultats de 2016. Cet accord entre Malabo et l’offshoreur dénote également par la nationalité du groupe, sachant que ce petit pays d’Afrique de l’Ouest était perçu comme une chasse gardée des majors américains et des compagnies nationales chinoises.
La côte de Guinée Equatoriale vient d’accueillir un nouvel opérateur, l’irlandais Clontarf Energy qui vient décrocher les droits pour explorer les sous-sols sous-marins sur une superficie de 5.052 km. La permis de prospection coure sur une période initiale de 3 ans, assorti d’une seconde sous-période de 2 ans. Le deal conclu entre Malabo et Clontarf comporte la possibilté de prolonger ses périodes d’un an chacune.

Ce nouvel accord de prospection entre la Guinée Equatoriale et l’offshoreur irlandais s’inscrit dans la vision stratégique de Clontarf. L’entreprise avait précisé en 2016 que le pays compte sur « un potentiel d’exploration le plus négligé et prospectif sur la côte ouest-africaine ». Ce contrat représente par ailleurs une bouée de sauvetage pour l’entreprise qui a été fortement impacté par la baisse des cours du pétrole.

Vers une diversification des partenaires économiques
L’entreprise compte ainsi sur ce gisement pour renflouer ses caisses. D’ailleurs, l’accord de prospection stipule que Clontarf Energy récoltera un intérêt de production de 80%, un recouvrement des coûts du pétrole de 65% et un bonus de signature de 150.000 dollars. Dans le détail, la redevance de production associée à la production du bloc alloué à Clontarf peut atteindre 16%, si la production atteint les 100.000 barils de pétrole/jour.

Le management de Clontarf s’est félicité de cet accord. Un deal qui peut être perçu comme une incursion européenne dans un marché où sont fortement présent les majors américains et les entreprises publiques chinoises. Un accord synonyme d’ouverture et qui a bénéficié au groupe irlandais, reste à savoir si ce dernier signifie la volonté de Malabo de diversifier ses partenaires économiques.

 

 

La Tribune Afrique