Le président philippin envisage de quitter la Cour pénale internationale

Rodrigo Duterte a déclaré qu’il était prêt à suivre l’exemple de Vladimir Poutine qui entend annuler la signature par la Russie du traité fondateur de la cour de justice.

 

Après la Russie, les Philippines ? Le président philippin, Rodrigo Duterte, a déclaré jeudi 17 novembre qu’il était prêt à suivre l’exemple de Moscou en se retirant de la Cour pénale internationale (CPI).

Vladimir Poutine a en effet signé mercredi un décret annulant la signature par la Russie du traité fondateur de la cour de justice. Le dirigeant russe lui reproche notamment de manquer d’indépendance.

 

« Nouvel ordre mondial »

  1. Duterte estime également que la juridiction de La Haye est « inutile » et ne s’en prend qu’aux petits pays comme les Philippines. Il dénonce également les accusations des Occidentaux qui reprochent au gouvernement philippin de se livrer à des exécutions sommaires sous couvert d’une guerre contre les narcotrafiquants qui a fait près de 2 500 morts en trois mois.

Le chef d’Etat philippin souhaite par ailleurs rencontrer Vladimir Poutine en marge du sommet Asie-Pacifique, à Lima, au Pérou. « Vous savez, si la Chine et la Russie décident de créer un nouvel ordre mondial, je serai le premier à le rejoindre », a ainsi fait savoir M. Duterte.

Le Monde.fr avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *