OR & DIAMANT : Quid de l’exploitation artisanale en Guinée ?

C’est bien Connu. La Guinée est un pays d’une grande richesse minière. Particulièrement réputée pour les grandes réserves de bauxite enfouies sous son sol, elle recèle aussi d’autres minéraux dont l’or et le diamant. Des minéraux qui, très souvent, font l’objet d’une exploitation artisanale dans un envir

onnement à la fois confus et opaque. En sorte que le pays ne tirerait pas de ses immenses tous les dividendes qu’il aurait dû en récolter. Aussi, le ministère des mines et de la géologie, en collaboration avec le projet d’appui à la gouvernance dans le secteur miner (PAGSEM), a initié deux études diagnostiques  de l’exploitation artisanale de l’or et du diamant dans le pays.  Des études dont les rapports sont depuis ce vendredi au cœur d’un atelier de restitution qui se tient à Conakry C’est le chef de cabinet du ministère qui a présidé l’ouverture des travaux.

 

Programmée pour deux jours,   la rencontre qui réunit les acteurs du secteur minier a pour objectif de de  partager avec l’ensemble des parties prenantes, les contenus des rapports, d’analyser de façon participative les recommandations et de les amender en vue d’une appropriation par tous les acteurs impliqués. L’idée étant que les débats débouchent sur l’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations. S’inscrivant dans la dynamique de la valorisation inclusive et durable des ressources naturelles  du pays, les deux études avaient été initié avec l’espoir que les résultats qui en sortiront puissent aider à orienter la politique du gouvernement vers une meilleure organisation de l’exploitation artisanale de l’or et du diamant. L’objectif ultime étant cette exploitation puisse  s’insérer dans le tissu économique du pays  tout en préservant l’écosystème environnemental et en renforçant la résilience des populations dans les zones d’exploitation.

Dans le cadre du projet d’appui à la gouvernance dans le secteur minier (PAGSEM), c’est un consortium de consultants constitué par Estelle Levin Ltd, Geomin et la CECIDE , qui a réalisé ces études suivant une approche participative  et sous la supervision technique de la direction nationale des mines.

Les études étant donc faites et les résultats disponibles, Fodé Berété, le Directeur  national des mines et de la géologie interpelle fait un plaidoyer en vue de l’appropriation et la mise en œuvre de la stratégie qui en découle :

Ces études revêtent une importance stratégique qui interpelle la contribution et l’engagement de tous les partenaires pour son appropriation et sa mise en œuvre. Le présent atelier est donc le lieu d’examiner leurs contenus, de questionner les recommandations et de les enrichir pour qu’à l’issue de ces deux jours de travail technique, des rapports d’études validés et un plan d’action partagé par tous les acteurs, marquent le début d’une nouvelle approche mieux informée, plus rationnelle dans la gouvernance et l’animation des activités d’exploitation artisanale de l’or et du diamant

De son côté, la corporation des diamantaires et orpailleurs a plutôt apprécié l’initiative. Un orpailleur a ainsi déclaré :

Je remercie le gouvernement du Pr. Alpha Condé  et son ministre des mines et de la géologie. Parce que vous nous avez montré que vous avez la volonté d’aider l’artisanat guinéen, c’est-à-dire notre corporation.

Le Directeur de cabinet du ministère des Mines et de la Géologie, Sékou Ahmed Keïta, a indiqué que les résultats préliminaires contenus dans les rapports ont déjà été utilisés pour les des réformes lancées lors de la journée nationale de l’orpaillage. En ligne de mire, le gouvernement a l’éradication définitive  du   mal qui ronge le secteur de l’exploitation  minière  artisanale de l’or et du diamant. Et pour cela, on compte sur l’implication active des populations concernées.

Poursuivant son intervention Sékou Ahmed Keita  a aussi loué la pertinence de l’approche qui consiste à faire précéder les réformes par l’état des lieux :

Lorsque le bon diagnostic est posé, le problème est à moitié  résolu. C’est dire que l’objet du présent atelier qui se veut de partager et d’enrichir les rapports d’études  de l’équipe d’experts constitue un enjeu stratégique majeur pour notre pays. La qualité des débats contradictoires mais constructifs  et enrichissants, nous amènera à l’adoption des recommandations utiles dans l’exploitation artisanale de l’or et du diamant.

Balla Yombouno      – Le Djely –