ONU : l’Afrique exige une réforme du Conseil de sécurité pour corriger l’injustice

La question de la réforme du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) est de nouveau soulevée par les chefs d’Etat et de gouvernement africains. Ceux-ci appellent les dirigeants de l’organisation mondiale à engager une réforme rapide du Conseil de sécurité des Nations Unies pour mettre fin à l’injustice dont est victime le continent africain depuis 1946. La réforme devra permettre d’accorder au moins deux sièges permanents à l’Afrique au sein de cet organe.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU devrait être élargi pour inclure les pays africains au sein de ses membres permanents. Cette réclamation est faite par les dirigeants africains ces dernières années et ils viennent de le réitérer à l’issue du 27ème Sommet France-Afrique qui s’est tenu en fin de semaine dernière à Bamako, au Mali. Le sommet qui a été co présidé par le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et son homologue français, François Hollande a permis à la quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement présents dans la capitale malienne d’aborder plusieurs sujets dont l’injustice dont est victime l’Afrique depuis plus de 70 ans. Le sommet de cette année s’est tenue sous le thème «Partenariat, paix et émergence» avec des interventions sur les thématiques telles que la paix, la sécurité, le terrorisme, les migrations et la cybercriminalité.

L’Afrique doit jouer un plus grand rôle dans la résolution des conflits

Dans une déclaration des chefs d’Etat africains publiée à l’issue du sommet Afrique-France de Bamako, les dirigeants africains estiment que le continent devrait être plus représenté au Conseil en vue de jouer un plus grand rôle dans la résolution des conflits à travers le monde. De ce fait, ils exigent une révision de la Charte des Nations Unies afin de permettre à plus d’un milliard d’africains à se faire représenter au sein de ce Conseil par au moins deux pays comme membres permanent avec droit de veto et deux autres pays comme membres non permanent comme l’a demandé l’Union Africaine.

« Aujourd’hui sur les 54 Etats africains seuls deux bénéficient de statut de membre non permanent, notamment l’Égypte et le Sénégal » déplorent les dirigeants réunis à Bamako qui font également observer que « tous les continents ont un siège de membre permanent excepté l’Afrique ». Reste à savoir si l’ONU va donner une suite favorable à cet appel. Créé en 1946, le Conseil de sécurité est l’organe le plus puissant des Nations Unies en raison de son rôle dans l’élaboration du droit international.

 

La Tribune Afrique

Une pensée sur “ONU : l’Afrique exige une réforme du Conseil de sécurité pour corriger l’injustice

Commentaires fermés.