Mozambique : le pays se dirige vers une hécatombe bancaire ?

Le secteur financier mozambicain subit de plein fouet les effets de la crise financière dont souffre le pays depuis quelques mois. Après Moza Banco, la quatrième banque du pays, mise sous administration provisoire il y a environ deux mois, la Banque centrale mozambicaine a ordonné cette semaine la fermeture de la banque privée Nosso Banco. Cette décision a été prise à la suite d’une évaluation qui diagnostique situation financière catastrophique de cette institution bancaire.

 

 

Dans un communiqué rendu public, la Banque centrale du Mozambique indique que même après la présentation par les actionnaires d’un plan de redressement prévoyant l’injection de fonds dans l’établissement et l’amélioration de sa gouvernance, Nosso Banco est restée sous-capitalisée.

 

 

Dans son communiqué, Bank of Mozambique a expliqué que la banque a montré son incapacité à surmonter la situation financière difficile dans laquelle elle se trouve, situation née du marasme économique dans lequel le Mozambique s’est plongé depuis des mois. Toutefois, il est précisé que les dépôts des clients sont garantis.

 

Nosso Banco, l’inévitable fermeture décidée par la Banque centrale

 

La situation financière du Mozambique est gravement détériorée par un scandale des prêts cachés. En effet, le pays souffre d’une grave crise financière depuis la découverte en avril dernier de l’existence de plus de 2 milliards de dollars d’emprunts contractés par des entreprises publiques, et non intégrés dans les statistiques officielles. Ces révélations ont amené le FMI, la Banque mondiale et des pays donateurs à suspendre leurs prêts au Mozambique. Le pays qui subissait déjà les conséquences de la baisse drastique des prix des matières premières a vu sa monnaie perdre 84,8% de sa valeur face au dollar depuis début 2016.

 

 

Selon plusieurs analystes, il s’agit de la pire performance monétaire en Afrique depuis les années d’indépendance. Une situation économique difficile qui ne favorise pas les affaires des banques. Dans un tel contexte, le relèvement de Nosso Banco s’avère impossible et la Banque centrale a ordonné la fermeture contre le gré des actionnaires. Contrairement à Nosso Banco, Moza Banco SA, qui traversait des situations financière et prudentielle insoutenables, a eu un meilleur sort ayant été placé sous administration provisoire de la Banque centrale.

 

Par Didier Assogba  – La Tribune –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *