Mohammed VI en Afrique orientale : une vision géopolitique et économique panafricaine

La visite que le Roi Mohammed VI vient de faire à plusieurs pays d’Afrique de l’Est est un marqueur du renforcement du leadership économique, politique et religieux du Maroc dans toute l’Afrique, analyse Lahcen Haddad, député et ancien ministre marocain du Tourisme.

Cette tournée royale au Rwanda, en Tanzanie et en Ethiopie a été qualifiée d' »historique » par les médias d’Afrique orientale.

Le ministre tanzanien des Affaires étrangères, M. Augustine Mahiga, a déclaré que c’était la première fois que son pays recevait un monarque.

Mais au-delà du symbolisme de l’événement, cette visite prouve la volonté du Roi du Maroc de briser les barrières, de jouer un rôle d’intégrateur visionnaire et de rassembleur sur le continent africain.

« Il croit au destin commun de tous les peuples africains »

Alors que l’Afrique de l’Ouest est historiquement un partenaire économique et spirituel naturel ainsi qu’une zone d’influence géostratégique pour le Maroc, l’Afrique de l’Est (à l’exception du Kenya) est restée généralement hors de portée des acteurs religieux et économiques marocains.

La visite du Roi Mohamed VI aux trois principaux pays d’Afrique de l’Est, met en avant l’agenda économique désormais bien connu du monarque pour l’Afrique, ainsi qu’un message politique d’espoir, d’unité et de confiance à l’égard de pays frères.

Nous nous souvenons tous du discours du Roi à Abidjan, il y a deux ans, dans lequel il demandait à l’Afrique d’avoir confiance en l’Afrique et aux Africains de regarder vers l’avenir avec volontarisme, espoir et courage. Par ses propos, le Roi Mohamed VI prouve qu’il est à la fois un réformateur implacable et qu’il croit au destin commun de tous les peuples africains.

« L’investissement économique est essentiel pour le développement humain »

Derrière le message politique, il y a un agenda économique. Des acteurs clés publics et privés marocains se voient porter par un agenda royal dont l’ambition est de proposer des projets d’investissement, de joint-ventures, et des accords de coopération.

Le Maroc est ainsi le deuxième investisseur en Afrique ; ses banques ont implanté des succursales sur tout le continent africain; et la Ville de Casablanca est en train de devenir le nouveau centre financier pour les marchés émergents africains.

Pour le souverain, l’investissement économique est essentiel pour le développement humain, lui-même essentiel pour la paix, la sécurité et la prospérité.

Comme en Afrique de l’Ouest, le Maroc prévoit d’investir massivement dans les économies d’Afrique orientale à travers les partenariats signés en présence du Roi et de ses hôtes. Pour le Roi Mohammed VI, la coopération Sud / Sud devrait être une réalité économique et politique, pas juste un slogan superficiel et dénué de sens.

« Pas juste un chef d’État… »

Mais le Roi n’est pas juste un chef d’État en visite en Afrique de l’Est, pour des raisons économiques et politiques. Il est un chef spirituel, un commandeur des croyants, prêchant un islam ouvert et tolérant et offrant une approche de travail pour les questions épineuses du djihad, de  la compatibilité entre l’islam et la démocratie.

Il propose ainsi une vraie réflexion sur le rôle de la religion dans la vie politique. Les menaces qui pèsent sur l’Afrique orientale, venant de groupes terroristes comme Chebab et autres djihadistes dans la Corne de l’Afrique, sont réelles, non seulement pour le Kenya, mais pour d’autres pays comme l’Ethiopie, la Tanzanie, l’Érythrée et même l’Ouganda.

Conscient du danger qui guette la sécurité de certains pays africains, le Maroc souhaite contribuer à la lutte active et efficace contre le terrorisme et ce, au travers de partage de renseignements et d’expériences par la conclusion de partenariats.

Il a notamment montré sa disposition à former des imams sur la façon de transmettre aux jeunes et aux populations musulmanes en général, le véritable message de l’Islam, à savoir celui de la coexistence, la tolérance et le respect de la différence.

Par Lahcen Haddad, député, ancien ministre marocain

 

AFRIACT.NET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *