Le Mobile banking africain, plus convoité que jamais

Les progrès du mobile banking en Afrique sont indéniables et tout le monde veut y tailler sa part du gâteau. Alors que M-Pesa, qui fait des chiffres énormes, en était jusqu’à récemment le principal acteur, les américains Mastercard et Visa tissent peu à peu leur toile.

Épargner son revenu via une application mobile, réaliser un transfert d’argent depuis son portable… qu’ils aient des smartphones ou pas, les Africains sont devenus des habitués des services de mobile banking. Une dynamique qui a porté à 10,9 millions le nombre d’utilisateurs de l’application mobile M-pesa à fin juin, soit une hausse de 19,3% par rapport à la même période l’année dernière, a annoncé ce lundi Vodacom, la société de téléphonie propriétaire de l’application et filiale de la firme britannique Vodafone.

 

3,4 millions $ de prêts par jour au Kenya

Pour rappel, M-pesa est une application mobile de microfinance et de transfert d’argent lancée en 2007 au Kenya et en Tanzanie, puis en 2014 en Afghanistan, en Afrique du Sud et en Inde. Plus récemment, M-pesa a débarqué au Mozambique, au Lesotho et en RDC « avec une technologie affinée qui a considérablement amélioré la stabilité ». Ce sont d’ailleurs ces derniers marchés qui ont boosté la base de données clients de l’application.

 

Outre l’épargne, les comptes mobiles des utilisateurs de M-pesa sont de véritables comptes bancaires via lesquels ils contractent des prêts. Au cours du premier semestre 2016, M-pesa via ses différentes plateformes au Kenya uniquement -où l’application fonctionne via l’opérateur téléphonique Safaricom détenu à 40% par Vodafone- a enregistré 14 millions de shilling (environ 138 000 dollars US) de prêts par heure et 345,6 millions de shlilling (3,4 millions de dollars) par jour, révélait la semaine dernière Bob Collymore, directeur général de Safaricom. D’après lui, les commerçants sont les premiers contractants de prêts qu’ils utilisent pour financer leurs activités.

 

Les Américains veulent leur part du gâteau

Aucun doute. Avec de tels chiffres, M-pesa occupe de loin la tête sur le marché du mobile banking en Afrique. Mais sur ce juteux secteur où se lancent désormais la plupart des grands opérateurs de téléphonie présents sur le continent, comme le français Orange, les Américains veulent leur part du gâteau. C’est toute l’essence du partenariat signé fin octobre par Mastercard et Visa avec Ecobank. Avec l’objectif d’une implantation des applications « Masterpass QR » et « mVisa » dans 33 pays africains, le projet va non seulement servir d’entrée sur le marché africain à ces deux firmes américaines, mais aussi porter à 100 millions d’ici 2020, le nombre de clients du groupe bancaire panafricain via le mobile banking. Masterpass QR est déjà opérationnel au Nigéria, tandis que mVisa l’est au Kenya où il travaille déjà avec 1500 commerçants. Et au pays d’Uhuru Kenyatta, l’américain Visa ne cache pas son ambition de concurrencer M-pesa qui jouit, jusqu’ici d’un certain monopole. Désormais, le match s’annonce donc serré sur le marché en plein essor.

Par Ristel Tchounand  – La tribune –