Mines : fin du litige entre les autorités du Burkina et Pan African Minerals

Après près de deux ans de suspension suite à un litige avec le gouvernement burkinabé, la société Pan African Minerals (PAM) va reprendre l’exploitation et l’exportation du manganèse de Tambao dans le nord du pays. Les responsables de la société ont indiqué avoir trouvé un arrangement avec le ministère des mines suite à une décision judiciaire. La reprise des activités permettra l’exploitation de quelques 40 000 tonnes de manganèse stockées sur les sites de Kaya et de Tambao.

Conformément au jugement rendu par la Cour d’appel de Ouagadougou statuant sur une requête des responsables de la société contre le ministère burkinabé des Mines, Pan African Minerals va reprendre l’exploitation et l’exportation du manganèse de Tambao. Ce qui devra lui permettre de régler ses créanciers et de récupérer le produit de cette vente.

En effet, la société appartenant au Franco-roumain Franck Timis, avait déjà produit 41.445 tonnes mais n’avait pu exporter que 2.023 tonnes, en raison des démêlés avec les autorités qui remontent à 2015. Depuis bientôt deux ans, les responsables de la compagnie négociaient une autorisation spéciale d’exportation qui permettrait l’évacuation de ses produits par la route en attendant que le chemin de fer Abidjan-Ouaga soit réhabilité et prolongé.

Un manque à gagner estimé à 4 milliards de dollars

C’est en mars 2015 que le litige a commencé à Tambao. Le gouvernement de transition du Burkina Faso avait ordonné la suspension de la licence d’exportation de manganèse de la mine, accusant Pan African Minerals, arrivée sur le projet en 2012, de ne pas avoir respecté les dispositions du permis minier accordé en mai 2014. Après plusieurs mois d’inactivité, la suspension a été levée en décembre 2015.Mais depuis lors, les activités à Tambao n’ont pas repris.

La PAM a accusé le gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré d’actes illégaux et de manquements dénonçant le refus du ministère des mines d’envoyer un représentant pour superviser les opérations ou encore pour discuter de la possibilité d’exportation du manganèse produit par la route en attendant que le projet de construction d’un chemin de fer soit réalisé. La Société qui a annoncé avoir investi plus de 150 millions de dollars dans le projet a estimé que les pertes totales occasionnées par le contentieux s’élèvent à plus de 4 milliards de dollars. Rappelons que la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao devraient permettre la mise en œuvre du volet ferroviaire du projet intégré de Tambao, signé en 2014. En dehors du Burkina Faso, la Pan African Minerals est également présente en Côte d’Ivoire, au Niger, au Sénégal et en Gambie où elle exploite d’autres minerais.

Par Didier Assogba – La Tribune –