Le Maroc adhèrera à la CEDEAO avant la fin de l’année

AFFAIRES ÉTRANGÈRES – C’est désormais officiel: l’adhésion effective du Maroc à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sera annoncée le 16 décembre prochain à Lomé. L’information a été donnée aujourd’hui par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, à l’issue d’une séance de travail avec le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Suza.

Cette décision devrait impliquer la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux, ainsi que la mise en œuvre des accords de prévention des risques et des règles de bonne gouvernance entre le Maroc et les 15 pays membres de la Communauté. « 10 millions de Marocains pourront aller s’installer au Nigéria, comme 20 millions de Nigérians pourront venir s’installer au Maroc », explique de Suza.

Le Maroc s’est également engagé, dans une lettre royale, à adhérer à la monnaie unique de la CEDEAO, le jour où celle-ci sera adoptée. Ce qui ouvrira au royaume les portes d’un marché de 340 millions de consommateurs.

Attention toutefois, la monnaie unique comme la libre circulation des personnes n’est pas pour demain. « L’adhésion du Maroc à la CEDEAO est un mariage. Un mariage sans Brexit, sans divorce. Cela suppose que nous prenions certaines dispositions diplomatiques et surtout juridiques pour que nous puissions conclure le traité additionnel qui confère au Maroc le droit de devenir adhérent à part entière », souligne le président de la Commission.

L’exemple le plus flagrant est celui des lignes tarifaires qui sont au nombre de 6.000 pour la CEDEAO alors que le Maroc en dispose de 17.800. Ces dispositions devront donc prendre du temps et seront étalées sur plusieurs années selon le ministre marocain. Ce dernier rassure toutefois, car pour le Maroc, « adhérer à la CEDEAO est une décision stratégique qui, pour se concrétiser, doit passer par des discussions techniques. Ces dernières ne doivent donc pas occulter le stratégique ».

Pour rappel, l’accord de principe de l’adhésion du royaume avait déjà été exprimé le 4 juin dernier lors de la Conférence des Chefs d’États et de gouvernement de la CEDEAO à Monrovia (Liberia).

 

Zakaria Lahrach     –    HuffPost Maroc        –

 

——————————————————————————————————–

Les principes d’acceptation de l’adhésion du Maroc au sein de la CEDEAO globalement respectés
( MAP )

Les principes d’acceptation de l’adhésion du Maroc au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) sont globalement respectés par le royaume, a indiqué le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Souza.

Dans une déclaration à la presse à l’issue d’un entretien, mardi à Rabat, avec le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, De Souza a relevé que les échanges qu’il a eus avec le ministre marocain « ont prouvé que ces principes sont globalement respectés par le Maroc ».

Cette réunion intervient sur fond de la future adhésion du Maroc à la CEDEAO, et dont l’accord de principe a été donné le 4 juin 2017 à Monrovia, a-t-il rappelé, soulignant que la rencontre a permis de passer en revue les différents principes d’acceptation d’adhésion du Maroc au sein de la CEDEAO et, d’office, l’acceptation des textes institutionnels opérationnels de la CEDEAO.

Les deux responsables ont ainsi discuté du pacte de convergence et de solidarité, qui impose de respecter des normes en matière budgétaire, notamment le déficit budgétaire qui ne doit pas excéder 5% du PIB, a expliqué De Souza.

Du point de vue de la politique monétaire, il a rappelé qu’elle consiste à ce que les taux d’inflation et d’endettement extérieur ne dépassent pas 5% et 70% du PIB respectivement, et à ce que la pression fiscale atteigne 20% au moins en 2020.

Les discussions ont également porté sur les points focaux qui seront inclus dans l’étude d’impact qui sera présentée le 16 décembre lors de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, a-t-il fait savoir.

La réunion a également été l’occasion de se pencher sur le schéma de libre échange pour la circulation des marchandises et le tarif extérieur commun de la CEDEAO. A cet égard, il a précisé que le Maroc a des lignes tarifaires pour 17.000 spéculations commerciales, tandis que la CEDEAO en a 6.000, ce qui nécessite d’adopter une convergence qui soit en mesure d’assurer l’adhésion du Maroc au tarif extérieur commun de la CEDEAO.

Les produits qui proviennent du Maroc vont désormais accéder à un marché de la CEDEAO de 340 millions de consommateurs, a-t-il noté, mettant l’accent sur la nécessité de mettre en place une politique gagnant-gagnant afin d’assurer un « développement vers l’émergence » et « une communauté de destin » entre la CEDEAO et le Maroc. Il a jugé qu’il y a convergence et que le principe d’accord « sera certainement donné » le 16 décembre pour que le traité additif soit signé et déterminer les dates de l’entrée en vigueur de l’ensemble des accords.

Pour sa part, Boussaid s’est dit ravi de recevoir le président de la Commission de la CEDEAO, un groupement auquel le Maroc a demandé d’adhérer « partant de sa conviction quant à sa profondeur africaine, mais aussi en exécution de la vision de SM le Roi pour le continent africain de manière générale et l’Afrique de l’ouest en particulier ».

Cette demande résulte de la politique d’ouverture adoptée par le Maroc depuis des années en matière économique et financière, a-t-il ajouté, notant que cette adhésion, qui est en cours de préparation, permettra au Maroc de jouer pleinement son rôle au sein de ce groupement régional afin de mettre en place la coopération sud-sud telle que voulue par le roi.

Cette demande d’adhésion vise également à ce que le Maroc joue, au sein de ce groupement, un rôle dans le développement régional, et mette ses compétences et son expérience dans tous les domaines au service de cette communauté.

Tout en mettant en exergue l’impératif de nouer une coopération qui soit profitable à l’ensemble des parties, il a souligné que le ministère de l’Economie et des Finances et le gouvernement sont engagés afin que cette adhésion soit effective dans le plus bref des délais. ( MAP )

———————————————————————————————————-