Mali: l’ancien Premier ministre Moussa Mara dans le collimateur de la justice?

Si l’Assemblée nationale du Mali a décidé de ne pas poursuivre en justice l’ancien président malien, Amadou Toumani Touré pour «haute trahison» à cause notamment de l’effondrement du nord de son pays en 2012, l’ancien Premier ministre Malien Moussa Mara, de son côté, pourrait peut-être devoir s’expliquer devant la justice à cause de sa visite mouvementée à Kidal en 2014.

En demandant une enquête approfondie sur les événements de Kidal, les députés n’ont pas nommément désigné l’ancien Premier ministre Moussa Mara comme « l’homme à poursuivre », mais nombreux sont les regards qui se sont tournés vers lui.

C’est sa visite en 2014 à Kidal en tant que Premier ministre du Mali qui a déclenché les hostilités entre les soldats de l’armée régulière et les rebelles. Il y a eu des dizaines de morts du côté de l’armée régulière et les rebelles ont repris totalement le contrôle de la ville.

Alors, aujourd’hui, en ouvrant le volet judicaire de l’affaire, cherche-t-on des poux dans les cheveux de Moussa Mara ? « Je suis calme et serein », a-t-il confié à RFI.

Autre question : a-t-il l’impression que c’est son ascension politique que certains cherchent à briser ? Sa réponse : « Je sais qu’on prend des coups en politique, mais moi, je suis à la disposition de la justice malienne si elle veut m’écouter. »

Une partie de l’entourage de l’ancien Premier ministre est plus catégorique : des rivaux politique cherchent à l’abattre, mais il ne se laissera par faire.

Adama Kané qui a présidé la Commission d’enquête parlementaire à l’origine de ce vote des députés maliens, explique la démarche.

RFI