L’algérienne Tassili Airlines étoffe sa flotte de trois moyen-courriers

294 millions de dollars. C’est le montant de l’acquisition de trois Boeing 737-800 par Tassili Airlines. La compagnie aérienne algérienne, filiale de la société pétrolière nationale Sonatrach, étoffe ainsi sa flotte commerciale qui passe de 12 à 15 avions.

La compagnie aérienne algérienne Tassili Airlines (TAL) améliore sa capacité de 25 %. Cette filiale de la Sonatrach, la compagnie pétrolière nationale, a signé ce dimanche à Alger un protocole d’accord avec le constructeur aéronautique américain Boeing, pour l’acquisition de trois appareils moyen-courriers Boeing 737-800 pour un montant global de 294 millions de dollars. La flotte de la compagnie passe ainsi de 12 à 15 avions.

Avec une capacité de 155 sièges chacun, ces trois avions devraient être réceptionnés durant le deuxième semestre 2018, a précisé l’agence de presse officielle. Quant à son financement, la presse algérienne qui cite le top management de l’entreprise, indique que le contrat d’achat est assuré à travers une convention de crédit de financement en titres participatifs avec Sonatrach.

Lire aussi : Algérie : les casseroles s’accumulent à la Sonatrach

L’idée est de se positionner sur les destinations au sud, peu desservie. Cela concerne aussi bien le renforcement des dessertes domestiques en augmentant les fréquences vers le Grand Sud et les Hauts-Plateaux que les vols internationaux. Grâce à ce nouvel achat, le transporteur algérien concrétisera sa stratégie de pénétration progressive du marché africain, et du développement de l’activité fret en exploitant les capacités résiduelles de chargement. Actuellement, la compagnie offre surtout des vols domestiques et dessert deux aéroports français, à savoir Paris-CDG et Strasbourg.

Lire aussi : Algérie : Dodsal construira une centrale à 1,1 milliard de dollars pour la Sonatrach

Rappelons que Tassili Airlines est née en 1998 comme une co-entreprise entre Sonatrach et la compagnie aérienne Air Algérie principalement pour le transport du personnel du géant pétrolier et gazier. En 2005, elle devient une filiale à part entière de Sonatrach, qui décide de séparer entre ses propres besoins et ceux d’une clientèle potentielle. En fait, ce n’est qu’en 2005, soit 8 ans après sa création, que l’entreprise obtient la licence pour ouvrir ses vols au grand public. La même année, elle se procure son quatrième appareil moyen-courrier et ouvre sa première agence commerciale. Le transport des travailleurs et des cadres de la Sonatrach à travers les sites du pays et Paris, est assuré quant à lui par une nouvelle entité, Naftatassili Air. L’acquisition de ces appareils permettrait à la compagnie une prise en charge totale du transport du personnel de Sonatrach, de ses filiales et de ses associations, actuellement couvert à hauteur de 80%.

 

Par La Tribune Afrique