L’Algérie déploie des drones à la frontière avec le Maroc pour contrôler les trafics

Suite à une rencontre de la sûreté nationale, des douanes, de la gendarmerie et du ministère de la Défense nationale, mercredi 9 novembre 2016 à Béchar près de la frontière avec le Maroc, portant sur la sécurisation et la surveillance des frontières nationales, les autorités algériennes annoncent leur intention de renforcer leur dispositif.

 

« Des moyens adéquats tant mobiles que fixes seront mis en place pour la sécurisation et la surveillance de ces frontières, en plus de patrouilles et autres brigades mixtes, des caméras infra-rouge, des radars mobiles, des moyens aériens notamment des drones, ainsi que des procédés de surveillance par satellites seront mis à profit pour la surveillance, la sécurisation et le contrôle de nos vastes frontières dans le sud-ouest qui concerne une bande de 3 058 kilomètres » indique un représentant du ministère algérien de la Justice cité par l’agence APS.

 

L’Algérie tente d’endiguer le flux de drogue et de contrebande en provenance du Maroc.

 

Jeudi 10 novembre 2016, deux narcotrafiquants détenteurs de 95 kg de kif et d’une somme de 2,3 millions de dinars algériens ont été arrêtés par un détachement de l’armée algérienne à Khenchla. Selon le site du ministère de la Défense nationale, le même jour, à El Oued, l’armée a également saisi 1,26 million d’unités de produits pyrotechniques et a procédé à l’arrestation d’un contrebandier détenteur de quarante tonnes de déchets de cuivre à Oran.

A Tamanrasset et In Guezzam, l’armée et la gendarmerie nationale ont arrêté dix contrebandiers, cinquante-six immigrants clandestins de différentes nationalités africaines et saisit trois véhicules tout-terrain, un minibus et 610 kg d’un mélange d’or et de cailloux.

 

Entre janvier et octobre 2016, plus de douze tonnes de kif auraient ainsi été saisis. Vingt deux affaires impliquant 168 personnes se trouvent actuellement devant la justice. Trois personnes ont été abattues par les services de sécurité algériens au cours d’opérations dans la bande frontalière de Bechar.

 

 

Frédéric Dubessy      – Econostrum-