Le Kenya veut utiliser les zones économiques spéciales pour renforcer les IDE

Le Kenya prévoit d’utiliser les Zones économiques spéciales (ZES) pour augmenter les flux d’investissements directs étrangers (IDE) vers ce pays, a fait savoir mercredi un responsable.

 

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Coopératives, Julius Korir, a déclaré lors d’un point presse à Nairobi que le Kenya attirait actuellement pour 2 milliards de dollars de capitaux étrangers par an.

 

« Grâce à l’utilisation des ZES, nous espérons porter ce chiffre à 10 milliards de dollars par an grâce aux stimulations qu’elles apporteront », a dit M. Korir en ouverture du prix de l’Employé de l’année.

 

Les ZES devraient attirer les investisseurs grâce à des remises fiscales et à des infrastructures de classe internationale pour ceux qui s’installent au Kenya. Ces zones seront situées à proximité des sources de matières premières nécessaires pour les produits industriels.

 

Ces zones contribueront également à renforcer la compétitivité des produits fabriqués localement, selon M. Korir.

 

« L’une des principales raisons pour lesquelles le Kenya est un gros importateur de produits manufacturés est que les coûts de production sont élevés », a-t-il souligné.

 

Les ZES remplaceront les Zones de traitement des exportations (ZTE), créées il y a plus de 20 ans pour promouvoir l’activité industrielle du pays, a dit M. Korir.

 

Les ZES seront une amélioration des ZTE qui devraient exporter la majeure partie de leurs produits, a-t-il observé.

 

« Les ZES auront un impact majeur sur l’économie en leur permettant de vendre sur le marché intérieur », a-t-il ajouté.

 

Xinhua

Une pensée sur “Le Kenya veut utiliser les zones économiques spéciales pour renforcer les IDE

Commentaires fermés.