Kenya: l’UA prend acte

Le temps mis pour la publication du communiqué et les termes choisis attestent de l’inconfortable position de l’Union africaine. Signé par son président exercice, le président Alpha Condé, le communiqué de l’instance panafricaine au sujet de l’invalidation des résultats de l’élection présidentielle au Kenya, use d’un ton laconique. Alors que tout le continent exulte, l’UA fait dans la sobriété. Elle se contente de prendre acte. Il faut dire que pour elle, le contexte n’est pas nécessairement évident. Applaudir la décision du juge Maraga reviendrait à se mettre à dos le camp du président sortant, Uhuru Kenyatta. Alors que si elle boude, c’est Raila Odinga qui pourrait s’en offusquer. Par conséquent, Alpha Condé trouve d’autres motifs de fierté que celui inspiré par l’historique décision de la Cour suprême kenyane. 

Et un de ces motifs, c’est l’apaisement et le sens de responsabilité dont les acteurs politiques auraient fait montre. Et si l’UA en est si fière, c’est aussi parce qu’elle avait justement lancé un appel dans ce sens au lendemain de l’élection du 8 août 2017. Appel qu’elle renouvelle d’ailleurs dans l’optique de la reprise du scrutin, conformément à l’arrêt de la Cour suprême. Car pour l’instance panafricaine, la paix et le quiétude des citoyens, demeurent l’essentiel.

Le Djely