Des investisseurs institutionnels africains se constituent en réseau pour financer l’économie du changement climatique

A l’initiative de la Caisse des dépôts de gestion du Maroc (CDG), un réseau d’investisseurs institutionnels africains s’est constitué, lors de la COP22, dans le but de financer l’adaptation des économies africaines aux changements climatiques. Participeront à ce réseau les Caisses des dépôts du Maroc, du Gabon, du Sénégal, de la Tunisie, de la Mauritanie, le PENCOM (fonds de pension public du Nigéria), rejoints par des banques de développement et des institutions de coopération telles que l’Agence Française de Développement ou encore Novethic.

 

A ce jour, la partie africaine de ce réseau représente à elle seule plus de 100 milliards de dollars sous gestion et espère bien agréger d’autres partenaires financiers. « Le groupe s’engage de façon claire et irréversible en faveur du climat. Nous sommes convaincus qu’une économie sobre en carbone et résiliente aux changements climatiques représente une opportunité pour le continent. » a déclaré Abdellatif Zaghnoun (photo), directeur général de la CDG Maroc.

 

A cette occasion, la CDG Maroc a égalememnt rejoint le think tank français Institute for Climate Economics (I4CE), émanation de la Caisse des Dépôts de Consignation, de l’Agence Française de Développement et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). I4CE se transforme ainsi en think tank Nord-Sud sur le climat et affiche de nouvelles ambitions internationales. « Nous allons déployer au Maroc et sur le continent africain notre savoir-faire de production de connaissances, d’information de la décision publique et de renforcement de capacités sur les sujets-clés de l’économie du changement climatique », a annoncé Benoit Leguet, DG de ce think tank.

Agence Ecofin