Importations massives de poulets, les parlementaires sud-africains montent au créneau

Les importations massives de poulets en Afrique du Sud ont plongé l’industrie de la volaille du pays dans une crise sans précédent. Le marché s’est rétréci de 7% et continue de se resserrer, mettant la principale source de protéines du pays en danger. Les parlementaires sont inquiets et montent au créneau dans l’hémicycle.
L’industrie avicole sud-africaine a du plomb dans l’aile en raison de l’inondation du marché local de poulets en provenance des États-Unis et des pays de l’union européenne. Préoccupé, le parlement sud-africain s’est penché vendredi sur la question au deuxième jour de l’audience sur l’état de l’industrie de la volaille dans le pays par le Comité du commerce et de l’industrie.

Cette action parlementaire vise non seulement à alerter mais aussi à amener le gouvernement à prendre des mesures pour stopper l’hémorragie chez les éleveurs du pays. L’industrie de la volaille en Afrique du Sud, selon l’agence de presse africaine (APA), s’est rétrécie de 7% et continue de se resserrer, mettant la principale source de protéines du pays en danger.

« En conséquence, l’industrie a perdu 6.000 emplois au cours des 12 derniers mois, après que Washington a menacé de répondre par des sanctions à toutes les sanctions sud-africaines, si Pretoria n’autorise pas le dumping sur ses marchés », a indiqué la même source qui précise que le responsable de la direction de l’Association sud-africaine des volailles (SAPA), Kevin Lovell a réitéré les craintes de son groupe concernant le dumping dans l’industrie au cours des audiences au parlement.

« Nous devons agir contre le dumping pour que nous puissions survivre. Tout ce qui est exporté vers nous est un surplus aux exigences locales dans le pays exportateur », a fait remarquer Lovell.
Accès au marché américain
L’Afrique du Sud produit l’essentiel de la viande d’autruche, un produit en pleine croissance et un type d’élevage qui se mondialise rapidement. Seulement le pays qui « exporte des véhicules automobiles de luxe vers les Etats-Unis, n’avait pas d’autre choix que d’accepter le dumping », de crainte de perdre son accès aux marché américain en franchise de droits, en vertu de l’African Growth Opportunities Act (AGOA). Une loi américaine votée et promulguée en mai 2000 par le Congrès américain, sous l’égide du Président Bill CLINTON. Cette loi permet aux pays de l’Afrique Subsaharienne d’exporter sur le marché américain sans droit de douanes.

 

Par Khadim Mbaye   – LTA –

Une pensée sur “Importations massives de poulets, les parlementaires sud-africains montent au créneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *