Guinée Equatoriale : Obiang joue la carte de l’abolition de la peine de mort

La peine de mort sera-t-elle définitivement abolie en Guinée-Equatoriale? Le pays de Teodoro Obiang qui pratiquait un moratoire sur l’application de cette peine, pourrait évoluer vers son retrait pur et simple de son dispositif législatif. Et l’entrée dans une organisation internationale a beaucoup pesé dans la balance.

L’information est passée presque inaperçue mais elle vaut le coup d’être soulevée. Le sommet de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) qui s’est achevé ce mardi 1er novembre à Brasilia, a soulevé des vents d’espoir vers une abolition de la peine de mort en Guinée-Equatoriale.

Le pays d’Afrique centrale qui aspire à être membre de la CPLP, a intégré l’organisation linguistique en 2014 lors de son 10è sommet bisannuel qui s’est tenu à Dili au Timor oriental. Seulement Malabo n’avait pas ratifié tous les instruments de légitimité pour devenir membre de plein droit de cette organisation présentée comme le pendant portugais de l’Organisation internationale de la Francophonie(OIF).

A l’ouverture du sommet de Brasilia, Augusto Santos Silva, le ministre portugais des Affaires étrangères a soulevé la possible illégitimité de l’adhésion de la Guinée-Equatoriale dans le cercle des pays du CPLP. Le chef de la diplomatie portugaise a indiqué que l’abolition de la peine de mort est une condition sine qua none pour faire partie du CPLP.

Entrée dans la CPLP au prix d’une abolition de la peine capitale

C’est donc à une véritable opération de charme que s’est livré le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbaosgo dans le huis-clos des chefs d’Etat des 8 pays déjà membres de plein droit. Il a sollicité l’appui technique des autres membres pour remplir tous les critères d’éligibilité pour une adhésion définitive notamment l’enseignement de langue portugaise, la ratification de statuts de la CPLP et l’abolition de la peine de mort.

Dans son discours en portugais, Teodoro Obiang a livré une information surprenante. Son pays, a-t-il expliqué, a aboli la peine de mort. Son décret effectivement signé en février 2014 a même été approuvé et promulgué. Suite à ce décret, le pays pratiquait de facto un moratoire sur l’application de la peine capitale et n’avait pas exécuté cette peine pendant toute l’année 2015. Le chaînon manquant désormais, c’est l’effectivité du retrait de la peine de mort dans le dispositif législatif.

Si l’annonce était confirmée, la Guinée-Equatoriale deviendrait le 20è pays africain à abolir la peine de mort dans le sillage de la Guinée (Conakry) qui a retiré la peine capitale des dispositions du Code pénal. La Guinée-Equatoriale devrait recevoir l’appui du Portugal pour permettre une harmonisation dans la législation équato-guinéenne. La peine de mort sera alors définitivement abolie !

Par Ibrahima Bayo Jr.      – La Tribune.fr –