Franc CFA – Les limites d’une vieille de 71 ans

Beaucoup de pays de la zone franc veulent atteindre l’émergence dans le court, moyen ou long terme. Cette émergence risque d’être hypothétique, si ces Etats ne se débarrassent pas du F Cfa pour avoir une monnaie unique ou locale, selon certains analystes et économistes africains qui s’exprimaient, ce week-end, lors du ‘’samedi de l’économie’’ organisé par la Fondation Rosa Luxembourg.

 

 

Est-il possible d’émerger avec le franc Cfa ? La question a été débattue, lors du ‘’Samedi’’ de l’économie’’ organisé ce week-end au centre culturel Blaise Senghor. Lors de cette édition, l’économiste et sociologue camerounais Martial Ze Belinga a présenté le livre ‘’Sortir l’Afrique de la servitude. À qui profite le F Cfa ?’’. La réponse de Ndongo Sylla, économiste, à la première question est ‘’qu’il est peu probable’’ pour les pays de cette zone d’atteindre l’émergence avec cette monnaie. Partout dans ces États, les gouvernements ont lancé des plans pour atteindre l’émergence. Toutefois, Ndongo Sylla est formel : ‘’émerger avec le Cfa demeure illusoire’’. Pour lui, le défi pour ces pays africains ‘’est d’émerger du Cfa’’. Son constat est qu’après plus de 70 ans d’existence de cette monnaie, toutes les politiques de développement qui ont été lancées dans la zone ont échoué.

 

Par ailleurs, si ces politiques n’ont pas donné les résultats escomptés, c’est parce que, explique Martial Ze Belinga, l’un des co-auteurs de cet ouvrage, la zone franc ‘’est un espace de prédation’’ qui ne profite qu’à certaines banques privées. Il conserve aussi les mêmes structures coloniales et tourne au rythme de la puissance coloniale : la France. Pour preuve, dit-il, dans cet espace de 14 pays avec plus de 150 millions d’habitants, les États ne peuvent choisir leurs politiques monétaires sans l’accord de la France et de l’Union européenne. Une dépendance sans commune mesure, surtout que le Cfa est arrimé à l’Euro. ‘’Le Cfa oblige les sociétés africaines et les économies à accumuler des réserves pour défendre une monnaie et ces réserves ne sont pas utilisées pour leur diversification’’, déplore l’économiste camerounais.

 

Cette monnaie constitue, selon lui, une ‘’problématique’’ pour l’épanouissement des sociétés africaines. Toutefois, le malheur des uns faisant le bonheur des autres, au moment où la zone Cfa peine à décoller à cause de cette devise, une certaine élite africaine en profite bien. Le système leur a permis, accuse M. Belinga, ‘’de déterritorialiser des revenus et des ressources africaines qu’elle a mis dans des banques occidentales’’. Des biens mal acquis, parfois, qu’elle place dans des paradis fiscaux.

 

Monnaie unique

 

La solution, si ces pays veulent se développer, est de se débarrasser du franc Cfa, propose Ndongo Sylla. La monnaie unique peut être aussi une solution, renchérit Martial Ze Belinga. Avoir une monnaie unique en 2020 constitue même un objectif que s’est fixé la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cela pour résoudre l’équation que pose la pluralité de monnaies dans cet espace. ‘’Il n’y aura jamais des processus de transformation, tant que nous restons des importateurs de biens manufacturés’’, avertit M. Belinga pour qui, il ‘’est temps de passer à autre chose’’. Cependant, cette monnaie unique, renseigne-t-il, ne doit pas être une monnaie coloniale mais elle devra pouvoir stimuler la transformation des produits africains.

 

EnQuête