« Forum Africa 2017 », l’Egypte veut promouvoir le commerce et les investissements sur le continent

Le Forum Africa 2017 se tiendra à Charm el-Cheikh en Égypte, du 7 au 9 décembre prochains. Durant trois jours, des chefs d’Etat, décideurs et autres investisseurs du continent et d’ailleurs vont échanger sur les voies et moyens pour promouvoir le commerce et les investissements en Afrique. En 2015 déjà, le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, avait initié une rencontre similaire dans le cadre de la nouvelle stratégie africaine de l’Egypte.
Ce n’est pas un sommet Egypte-Afrique comme c’est dans l’air du temps, mais plutôt un forum égyptien pour promouvoir le commerce et les investissements sur le continent. Du 7 au 9 décembre prochain, se tiendra dans la cité balnéaire de Charm el-Cheikh le « Forum Africa 2017 », un évènement organisé par le ministère égyptien des Investissements et de la Coopération internationale et l’Agence régionale des investissements du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA).

Le forum, placé sous le haut patronage du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi va réunir plusieurs chefs d’Etats, des hommes d’affaires experts, responsables d’institutions financières africaines et autre investisseurs internationaux opérant sur le Continent. « Le Forum a pour objectif la promotion des investissements sur notre continent, en particulier les investissements transfrontaliers. En Égypte, nous avons entrepris un ambitieux programme de réformes économiques et amélioré le climat des affaires et la compétitivité. Ces efforts vont de pair avec notre volonté de jouer le rôle de passerelle stratégique entre l’Afrique et le reste du monde », a ainsi expliqué le docteur Sahar Nasr, la ministre égyptienne des Investissements et de la Coopération internationale.

Selon la ministre égyptienne qui annonçait dans un communiqué l’évènement, il existe une véritable opportunité africaine fondée sur des réformes favorables aux affaires sur l’ensemble du continent. Ainsi dans le cadre du Forum, l’Égypte présentera des projets de grande envergure, dont la construction d’une nouvelle capitale à 45 km du Caire, et plusieurs projets de zones économiques spéciales et de zones industrielles le long du Canal de Suez.

L’avis est partagé par Heba Salama, directrice de l’Agence régionale des investissements du COMESA, pour qui « l’Afrique et, en particulier, la région COMESA, continuent d’offrir quelques-uns des meilleurs retours sur investissement du monde. Africa 2017 sera une occasion inégalée de réunir les bâtisseurs de l’avenir de l’Afrique et de faire progresser les projets d’investissement transformateurs de demain ».

Passerelle africaine
Après le sommet tripartite de 2015 organisé par le président Al Sissi pour matérialiser les nouvelles ambitions africaines de l’Egypte, le Forum Africa 2017 vise donc à maintenir la flamme et la raviver, l’évènement étant annoncé comme une manière de « renforcer l’engagement de l’Égypte d’améliorer l’intégration économique et culturelle de l’Afrique et de stimuler les investissements dans l’une des régions du monde qui connaît une très forte croissance ».

En 2015, l’Égypte a accueilli lors du Sommet tripartite, la signature d’un accord de libre-échange entre trois communautés économiques d’intégration régionales, la SADC, l’EAC et le COMESA. Les 26 États membres forment ainsi le plus grand bloc commercial du continent et la 15ème économie sans frontières au niveau mondial en termes de PIB.

Pour le Forum Africa 2017, qui fait suite à l’édition 2016, l’Egypte a également vu les choses en grand. Ainsi plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement du continent sont annoncés par les organisateurs comme les présidents Buhari du Nigéria, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Omar EL Béchir du Soudan ainsi que le premier ministre éthiopien Hailemariam Delasegn pour ne citer que ceux-là. Plusieurs dirigeants d’institutions financière africaines (BAD, Afreximbank, Africa 50…), d’organisations d’intégration régionale ainsi que des Fonds d’investissement, assureurs en capital et autres PDG de grandes firmes africaines et internationales sont annoncés au Forum qui devrait se tenir en présence d’un millier de délégués en provenance de 45 pays du continent.

Afin de donner un cachet particulier à l’évènement, une rencontre de haut niveau devrait réunir les chefs d’Etats et autres décideurs politiques ainsi que les PDG et acteurs économiques afin d’échanger sur les moyens de libérer le potentiel du continent en matière de promotion des échanges intra-africains.

La jeunesse africaine sera également à l’honneur lors du Forum selon les organisateurs avec une journée consacrée aux jeunes entrepreneurs qui seront mis en contact avec « des mentors, des business angels et des sociétés de capital-risque, pour partager des idées, développer des réseaux et concrétiser des projets d’avenir ».

Deux ans après le retour annoncé de l’Egypte en Afrique, un revirement diplomatique opéré par Al Sissi, le pays qui était jadis l’un des porte-flambeaux du continent sous le régime de Gamel Abdoul-Nasser entend maintenir sa dynamique. L’offensive reste encore balbutiante d’autant que la concurrence est rude sur le continent avec l’avance prise par les nouveaux partenaires du continent comme le Maroc mais aussi de partenaires étrangers à l’image de la Chine, l’Inde la Turquie et bientôt Israël.

 

Aboubacar Yacouba Barma  -« Avec son « Forum Africa 2017 », l’Egypte veut raviver sa flamme africaine »-

 

– LTA –