Exploitation minière: Le Burkina perd plus de 551 milliards de FCFA entre 2005 et 2015

Mines au Burkina Faso: une commission d’enquête pointe des faits de corruption.

La commission d’enquête recommande alors la mise en accusation du dernier ministre des Mines de Blaise Compaoré et deux autres anciens ministres et d’engager des poursuites judiciaires contre François Compaoré, frère cadet de l’ex-président, et pour des faits de corruption.

Le Burkina a perdu entre 2005 et 2015, plus de 551 milliards de FCFA, dans le cadre de l’exploitation minière. Un manque à gagner lié à une mauvaise gestion des titres miniers et aux dommages causés à l’environnement par l’exploitation minière, c’est ce qui ressort d’un rapport d’enquête parlementaire publié mardi 25 octobre à Ouagadougou. Face à cette situation, la commission d’enquête recommande une mise en accusation du dernier ministre des Mines de Blaise Compaoré et des poursuites judiciaires contre certains conseillers de l’ex-président, notamment François Compaoré, son frère cadet.

Ces pertes sont essentiellement liées à la mauvaise gouvernance du secteur minier, la mauvaise organisation de l’administration minière et à certaines failles du code minier de l’époque selon les enquêteurs.

« En ce qui concerne les compagnies minières, [il apparaît] que dans la processus de production de l’or de ces compagnies, les services de l’Etat burkinabè, la douane, les impôts, n’ont pas accès aux opérations de coulée de l’or, explique Ousseni Tamboura, qui a présidé cette commission d’enquête parlementaire sur le secteur minier. Ils assistent cependant à la pesée et, avant les expéditions d’or à l’étranger, il est procédé à la vérification des documents à signer et pendant que toute la production est mise sous scellés. L’absence de représentant de l’Etat lors de la coulée et du raffinage à l’étranger permettent d’émettre des doutes sur la quantité et la qualité de l’or telles qu’elles sont présentées au fisc burkinabè ».

En moins de cinq ans, trois sociétés se sont succédées à la mine de manganèse à Tambao au nord du pays. Avec chaque fois de fortes sommes versées aux différentes sociétés au titre des dommages et intérêts. On sent une forte odeur de « corruption et de trafic d’influence » poursuit Ousseni Tamboura, qui explique que des informations « récurrentes » sont parvenues à la commission sur des faits de corruption. Ainsi, « des versements d’importantes sommes d’argent, jusqu’à 5 milliards de FCFA » versés à des personnalités, dont des ministres.

La commission d’enquête recommande alors la mise en accusation du dernier ministre des Mines de Blaise Compaoré et deux autres anciens ministres et d’engager des poursuites judiciaires contre François Compaoré, frère cadet de l’ex-président, et pour des faits de corruption.

RFI