Économie militaire : la mastodonte américaine

Les frappes américaines déclenchées dans la nuit du 6 au 7 avril dernier contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée (86 morts dont 27 enfants) et imputée au président Bachar al-Assad, a démontré encore une fois, la puissance militaire des États-Unis, en plus d’avoir surpris tout le monde.

Ces frappes, première opération militaire des Américains contre le régime syrien, ont été menées avec « 59 missiles » de croisière Tomahawk sur une base militaire du centre de la Syrie et ont directement visé la base aérienne d’al-Chaayrate, « associée au programme » d’armes chimiques de Damas, a annoncé la Maison-Blanche. Et cela alors qu’en 2013, après le massacre à l’arme chimique de la Ghouta, toujours en Syrie, le nouveau président américain Donald Trump était opposé à une intervention américaine en répétant que les États-Unis ne devaient plus être les gendarmes du monde.

En effet, les États-Unis jouent depuis longtemps le rôle de « garant unique de la sécurité internationale ». Mais, au fil des années, ils ont plus ou moins perdu cette responsabilité pour la paix et la sécurité en dehors de leurs frontières nationales. Il semble qu’ils soient de moins en moins prêts ou capables de jouer ce rôle à eux seuls.

Quoi qu’il en soit, et malgré une avancée remarquable de la Chine au cours des quinze dernières années (une augmentation de 396% entre 2000 et 2015), en matière de budget militaire, les Américains continuent d’occuper la première place mondiale avec de 596 milliards de dollars de dépenses en 2015 (environ 3,3% du produit intérieur brut) contre 215 milliards pour les Chinois, selon les chiffres de l’institut de référence suédois Sipri. Les dépenses américaines sont donc près de trois fois supérieures à celles de la Chine, la deuxième puissance militaire mondiale. Même si, on constate sur la même période, un rattrapage technologique assez rapide de cette dernière.

Les États-Unis demeurent donc le leader incontesté dans ce domaine. Cela d’autant plus que le président Trump a récemment annoncé une augmentation du budget de la Défense de 54 milliards de dollars, soit environ 9% pour 2017. Une hausse qu’il a qualifiée d’historique car il constitue « le plus grand effort militaire de l’histoire américaine ».

Les dépenses militaires américaines reflètent les nouvelles priorités stratégiques américaines. Résultat : l’énorme budget de 610,5 milliards de dollars alloué à la Défense en 2016 par la Chambre des représentants, prévoit des milliards de dollars supplémentaires pour le rééquipement des forces armées du pays au détriment des dépenses courantes du Pentagone pour la guerre.

Ainsi, comme le signale le site d’information Sputnik France, ce budget de défense qui devait entrer en vigueur en octobre dernier, envisage d’allouer 1,4 milliard de dollars pour passer commande de 14 avions de combat F-18 supplémentaires, avec un montant supplémentaire de 1,5 milliard dollars servant à acheter 11 chasseurs F-35. Il est par ailleurs, prévu d’accorder 450 millions de dollars pour 4 avions C-40A de Boeing destinés à la Marine.

De même, le budget permet de maintenir en service l’avion d’attaque de la guerre froide A-10 Warthog que l’Armée de l’air compte retirer à partir de 2018. La Chambre des représentants a ainsi voté en faveur de l’octroi de 218,5 millions de dollars pour l’A-10 dont 120 millions consacrés à la seule fabrication de nouvelles ailes pour cet appareil par Boeing. En outre, des fonds supplémentaires seront débloqués pour l’achat d’hélicoptères et de navires, dont la troisième frégate furtive modulaire de la classe LSC et le troisième destroyer de la classe Arleigh Burke (DDG-51).

Il est également prévu d’acquérir le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins destiné à remplacer le submersible nucléaire de la classe Ohio pour 1,9 milliard de dollars. Enfin, les militaires verront leurs soldes augmentés de 2,1% au lieu des 1,6% requis par l’administration Obama, tout comme leur nombre qui va augmenter de 20 000 pour l’Armée de terre, de 3 000 pour le Corps des Marines, de 4 000 pour l’US Air Force et d’environ 1 500 pour l’US Navy.

Vitraulle Mboungou   – Afrique Expansion –

 

www.afriact.net

Une pensée sur “Économie militaire : la mastodonte américaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *