Daniel Kablan Duncan, 1er vice-président de la IIIe République ivoirienne

Trois mois après avoir doté la Côte d’Ivoire d’une nouvelle Constitution, le président Ouattara a désigné un homme du sérail pour gouverner à ses côtés.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé le 10 janvier la nomination de l’ancien Premier ministre Daniel Kablan Duncan au poste de vice-président, conformément à l’institution d’un ticket présidentiel, après l’entrée en vigueur de la Constitution de la IIIe République.

 

Tout premier vice-président de la IIIe République

Le président Ouattara a fait cette annonce lors d’une communication à l’Assemblée nationale, comme le prévoit l’article 115 de la Constitution. Il a expliqué que les dispositions transitoires de la Constitution du 8 novembre 2016 lui conféraient les prérogatives de nomination d’un vice-président et qu’il demandait à l’Assemblée nationale, qui bénéficie du soutien et de l’onction du peuple, d’endosser son choix. « Je suis heureux de vous annoncer que mon choix s’est porté sur l’un des vôtres. Un élu de la nation. Il s’agit d’une personnalité d’expérience, un grand serviteur de l’État qui a fait la preuve de ses qualités personnelles et professionnelles exceptionnelles à toutes les hautes fonctions qu’il a occupées, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger. (…) La personnalité sur laquelle mon choix s’est porté pour occuper les fonctions de vice-président de la République est Daniel Kablan Duncan », a-t-il déclaré dans une salve d’applaudissements nourris.

 

Un homme récompensé pour sa loyauté

Le président Ouattara a dressé un portrait élogieux du nouveau vice-président, qu’il a présenté comme un travailleur infatigable, un collaborateur loyal, un homme de dévouement, un patriote, un grand serviteur de l’État qui aime profondément son pays. Le Conseil constitutionnel a vérifié l’éligibilité de Duncan à la fonction de vice-président avant sa confirmation.

Le nouveau vice-président prêtera serment dans les conditions fixées par la loi, devant le Conseil constitutionnel réuni en audience solennelle. Dans le nouveau dispositif institutionnel, le vice-président devient de plein droit président de la République en cas de vacance de la présidence de la République par décès, démission ou empêchement absolu.

 

Ses prérogatives ?

Parmi les responsabilités dévolues au vice-président, il agit sur délégation du président de la République et le supplée lorsque celui-ci est absent du territoire national. Premier ministre démissionnaire, Duncan a été élu député de la circonscription de Grand-Bassam lors des élections législatives du 18 décembre dernier. Il est économiste de formation et a occupé de hautes fonctions à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), puis de ministre et de Premier ministre.

 

Réactions

Sans surprise, les réactions n’ont pas tardé à l’annonce du nom d’un vice-président qui semble faire l’unanimité. Une partie de la classe politique ivoirienne confiait sa satisfaction sur abidjan.net :

Même son de cloche du côté de l’opposition. Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), a indiqué que « ce choix, quoique mérité, est avant tout politique et s’inscrit dans la dynamique du RHDP (NDLR : Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, coalition au pouvoir) », saluant un homme « pondéré ».

 

PAR JOSÉPHINE JOHNSON       –  Ouattara choisit Duncan comme vice-président –  – Le Point Afrique –