Le chef du Polisario poursuivi en Espagne pour « génocide et crimes contre l’humanité »

L’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale d’Espagne, a décidé mardi la réouverture des poursuites pénales pour « génocide et crimes contre l’humanité » contre le chef des séparatistes du Polisario, Barhim Ghali, qui devrait visiter prochainement l’Espagne.

Selon le texte de cette décision, la justice espagnole a cité Barhim Ghali à comparaitre devant le tribunal, le 19 novembre courant en tant qu’accusé, dans le cadre des poursuites ouvertes suite à la plainte déposée en 2007 contre lui et d’autres membres du polisario pour « crimes contre l’humanité, tortures, génocide et séquestration ».

 

Il a été décidé aussi d’entamer les démarches nécessaires par la police espagnole pour remettre à Brahim Ghali la convocation de comparaître devant le tribunal d’instruction N° 5 de l’Audience Nationale à la date susmentionnée et une copie de la plainte dont il fait l’objet.

 

Informé de la prochaine arrivée de Brahim Ghali à Barcelone pour participer à une conférence, le juge de l’Audience Nationale, José de la Mata, a adressé récemment une ordonnance à la police espagnole lui demandant des données détaillées concernant l’identité du chef des séparatistes.

 

Le juge voulait ainsi déterminer si la personne qui devrait assister, les 18 et 19 novembre à cette conférence, est bel est bien le chef du Polisario, Brahim Ghali, l’un des individus poursuivis pour « crimes contre l’humanité » par la justice espagnole.

 

Une plainte avait été acceptée en 2007 par l’Audience Nationale contre le chef et d’autres membres du Polisario pour « crimes contre l’humanité, tortures, génocide et séquestration ».

 

Atlasinfo  –

Espagne : réouverture des poursuites pour « crimes contre l’humanité » contre le chef du Polisario