Les bourses mondiales ébranlées par la victoire de Donald Trump

La victoire inattendue du candidat républicain Donald Trump  à la présidentielle américaine, a fait dégringoler les principales places boursières mondiales. Inquiets des retombées économiques de l’arrivée du milliardaire populiste à la Maison Blanche, les marchés américains ont commencé à chuter dès la publication des premiers résultats, faisant état d’une avance de Trump sur sa rivale démocrate, Hillary Clinton.

 

Vers 6h10, l’indice élargi S&P500 chutait de 5,01% tandis que l’indice technologique Nasdaq s’effondrait de 5,08%. La Bourse de Londres a chuté de près de 5%, sur les marchés à terme.

 

Les marchés asiatiques ont également beaucoup souffert. L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chutait de près de 6%, mercredi, à moins d’une heure de la clôture. Le Nikkei des 225 valeurs vedettes est tombé à 16.145,94 points, soit une dégringolade de plus de 1 025 points (-5,97%), ce qui a incité le ministère des finances et la Banque du Japon (BoJ) à convoquer une réunion d’urgence.

 

Sydney a perdu, de son côté, plus de 3% à la mi-journée, tout comme Hong Kong. Les marchés indiens décrochaient, eux, de 6%.

 

Donald Trump qui a toujours défendu le protectionnisme, entend renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Nafta) et le retrait des États-Unis du partenariat trans-pacifique (TPP).

 

Les devises ont également enregistré des reculs significatifs. Le peso, la devise mexicaine, est tombé à son plus bas niveau historique face au billet vert, pâtissant des menaces de Donald Trump de remettre en cause les accords de libre-échange entre les États-Unis et le Mexique. Le dollar a, quant à lui, cédé de près de 1,6 % face à l’euro et quelque 3,7 % face au yen.

 

Dans ce contexte de fébrilité des marchés, les investisseurs se sont tournés vers le refuge traditionnel des marchés obligataires, et tout particulièrement la dette allemande.

 

L’or, également valeur refuge, s’est nettement apprécié, à 1 302,85 dollars l’once, contre 1 268,30 dollars, en début de matinée.

 

Du côté des devises, le franc suisse, une valeur refuge par excellence, grimpait mercredi matin face au dollar.

 

Walid Khefifi   – Agence Ecofin –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *