Les bourses d’Egypte, du Zimbabwe et du Maroc meilleures d’Afrique en 2016

Alors que plusieurs places financières du continent africain ont connu des difficultés en 2016 avec la baisse drastique de leurs indices par rapport à l’année 2015, les bourses d’Egypte, du Zimbabwe et du Maroc ont tiré leurs épingles du jeu. Elles détiennent les meilleures performances indicielles de 2016. Mais généralement, selon les données communiquées par la plateforme African Markets, 11 des principaux indices représentants ces bourses, affichaient un rendement négatif.

African Markets a dévoilé en fin début de week-end dernier les données sur les performances des marchés financiers africains en 2016. Et c’est All Share Index du Lusaka Stock Exchange en Zambie qui a réalisé la plus mauvaise des performances de l’année. L’indice a connu une baisse de 26,06% par rapport à l’année dernière.

De son côté, après avoir connu une année de gloire en 2015, occupant la place de meilleure performance indicielle, l’indice BRVM 10 qui regroupe les 10 plus grosses capitalisations boursières de l’UEMOA, a connu un recul cette année. Au 16 décembre 2016, cet indice occupe la 14ème place avec un rendement négatif de 13,82% depuis le 1er janvier 2016. Edoh Kossi Amenounve, le directeur général de la BRVM explique que le recul est dû aux prises de bénéfices, après trois années de croissance soutenue.

Généralement, les contre-performances des indices boursiers africains sont dues aux baisses des revenus en devises qui ont marqué les économies africaines tout au long de l’année. Ce qui s’est traduit par les replis de croissance, les récessions pour certains pays comme le Nigéria. Mais malgré cette situation, la bourse de Lagos a bien tenu même si son principal indice, le NSE All Share Index a connu un recul de 6,7% seulement.

Egypte, Zimbabwe, Maroc… les bons élèves de l’année

En dépit de la situation générale qui apparaît négative, certaines bourses africaines sont restées solides. Parmi elles, l’Egyptian Exchange, dont le principal indice, l’EGX 30, réalise la meilleure performance de la période avec un rendement positif de 59,7%. Cet indice a encore gagné 3,9% en début de cette semaine. Cet indice peut encore s’améliorer d’ici le 31 décembre et ce, malgré la mauvaise situation économique et financière de l’Egypte tout au long de l’année 2016. Les réserves de change du pays se sont amenuisées suite à la baisse des revenus pétroliers. De même, l’activité touristique était au ralenti avec une insécurité permanente.

La surprise de l’année est venue du Zimbabwe. Le principal indice de la bourse du pays de Robert Mugabe occupe la deuxième place des meilleurs performeurs indiciels, avec un rendement positif de 28,7%. Ce résultat a été engrangé alors que le pays connait une crise monétaire qui a amené les autorités à imprimer, il y a deux semaines, des billets de monnaie trésor, pour répondre à la baisse drastique de la liquidité dans l’économie.

En outre, la 3ème meilleure performance de l’année est à mettre à l’actif de la Bourse de Casablanca. Son principal indice le Morrocan All Share Index affiche en date du 16 décembre un rendement positif de 27,8%. Par ailleurs, NSx Namibia (+22,13%) et le TUNIDEX de la bourse de Tunisie (+7,74%) affichent également de meilleures performances. Selon les données de l’application African Markets, le SEM7 du Stock Exchange of Mauritius (+0,2%) et le JSE All Share Index de Johannesburg (-1,3%) peuvent également mieux faire d’ici le 31 décembre.

 

 

Par Didier Assogba  – La Tribune –