La BCEAO au chevet des PME de la région

Sous les feux des critiques depuis des mois notamment en ce qui concerne sa politique monétaire qui ne favoriserait pas la croissance économique de l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA), la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) veut changer de fusils d’épaule. Elle vient de dévoiler une nouvelle politique devant lui permettre de financer les petites et moyennes entreprises dans la zone de l’UEMOA.

C’est une première dans la zone de l’UEMOA. Tiémoko Koné Meyliet, gouverneur de la BCEAO, vient d’annoncer la décision de l’institution de financer spécifiquement des PME. L’annonce a été faite lors d’une rencontre avec les directeurs des établissements de crédit des huit pays qui ont en commun le franc cfa en Afrique de l’Ouest. La démarche de la Banque centrale vise à booster la croissance économique de la zone UEMOA. Elle s’inscrit dans la droite ligne d’une nouvelle politique économique.

 

« Le financement des PME va permettre la création massive d’entreprises performantes, qui peuvent contribuer de manière significative à la création de richesses et à la lutte contre le chômage », a indiqué le gouverneur de la BCEAO.

Dans les détails, il s’agira pour la BCEAO d’apporter de la liquidité aux banques commerciales de la sous-région qui vont à leur tour financer les projets présentés par les PME qui représentent 80 à 95 % du tissu entrepreneurial local.

 

Des difficultés structurelles à résoudre préalablement

Les acteurs du secteur bancaire ont salué l’initiative de la BCEAO. En dehors de l’enthousiasme, ils soulèvent les difficultés structurelles qu’il faudra au préalable résoudre. Eugène Kassi N’Da, le directeur général de la Banque nationale d’Investissement de Côte d’Ivoire a soulevé le fait que 90% des PME ne sont pas finançables parce qu’évoluant pour la plupart dans un environnement opaque. En effet, la majorité des PME de la région sont confrontées à un problème de gestion de leurs différentes composantes.

 

« Il est difficile pour un banquier d’aller dans un environnement où il n’y a pas de transparence. Si on clarifie tout cela, il n’y a aucune raison que les banques ne financent pas les PME », argue Eugène Kassi N’Da.

Thierno Seydou Nourou Sy, Directeur de la Banque nationale pour le développement économique du Sénégal abonde dans le même sens en soulignant les réels besoins de financement des PME au Sénégal. Plus de 500 milliards de Fcfa seront nécessaires. Mais pour y arriver, il faudra lever tous les obstacles structurels.

Par Didier Assogba  – La Tribune –