Arrêt des subventions au carburant : la Tunisie se soumet au FMI

La Tunisie a annoncé, dimanche, qu’elle suspendait ses subventions au carburant. Cette décision a entraîné une hausse de 6,7% du prix du pétrole, indique Reuters qui souligne que la manœuvre vise à permettre au pays de réduire son déficit budgétaire. Elle permet au pays de se conformer aux directives du Fonds monétaire international (FMI) qui attend de lui une réduction de son déficit budgétaire.

 

En effet, la Tunisie a perçu le mois dernier une autre tranche de 320 millions $ de l’institution de Bretton Woods, dans le cadre d’un prêt global de 2,9 milliards $. Il faut noter que la libération de ce financement avait déjà connu du retard et n’a été rendue possible que par l’engagement de Tunis d’accélérer la mise en œuvre des réformes économiques prescrites par le FMI, notamment la réduction des effectifs de la fonction publique.

 

Selon les autorités tunisiennes, si rien n’était fait, le déficit budgétaire se serait élevé à 5,9% cette année contre 5,4%, l’an dernier. Cette situation aurait pour cause principale la charge représentée par les coûts élevés des hydrocarbures et la chute du dinar. Les Tunisiens qui devront désormais payer le litre d’essence sans plomb à 1,75 dinar contre 1,65 dinar précédemment, verront les prix du carburant augmenter pour la première fois depuis 3 ans.

 

Aaron Akinochoa   –  Agence Ecofin  –