Areva au Niger : où sont passés les millions de l’« Uraniumgate » ?

Une nouvelle affaire met en lumière les étranges pratiques d’Areva au Niger. En 2011, dans le cadre de ce que la presse nigérienne appelle désormais l’« Uraniumgate », Areva a vendu puis racheté de l’uranium appartenant au gouvernement nigérien à des mystérieux intermédiaires russes et libanais. Bilan de l’opération ? Une perte de 18 millions de dollars pour Areva, et un gain de 800 000 dollars pour le Niger. Le reste s’est volatilisé. L’affaire fait l’objet d’une commission d’enquête parlementaire et d’une plainte contre X au Niger.

Le Monde résume l’affaire :

Il y a là, réunis autour d’une transaction financière qui sème le doute, tous les éléments d’un thriller politico-financier. On y retrouve le géant français du nucléaire Areva, un nouveau gouvernement, sans le sou, d’une ancienne colonie française en Afrique, des intermédiaires russes et libanais avec des comptes bancaires dans les Emirats arabes unis et des centaines de millions de dollars qui doivent changer de mains lors d’une opération qui, finalement, n’aboutira pas.

Les journalistes nigériens l’appellent « l’Uraniumgate ». A Niamey, une plainte contre X a été déposée par des organisations de la société civile. Une commission parlementaire enquête, de même que des juges parisiens, dans l’espoir de faire la clarté sur cette affaire opaque.

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Monde.

Au-delà du détail de l’opération et de l’identité des intermédiaires, l’affaire illustre surtout l’opacité des relations politiques et financières entre Areva et le gouvernement du Niger, opacité qui continue à prévaloir aujourd’hui malgré la tentative récente du gouvernement nigérien d’obtenir un partage plus juste des bénéfices de l’extraction de l’uranium (lire à ce propos notre entretien avec Ali Idrissa, de la branche nigérienne de Publiez ce que vous payez).

–   multinationales.org  –

 

www.Afriact.net

Une pensée sur “Areva au Niger : où sont passés les millions de l’« Uraniumgate » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *