Algérie – France : quel bilan pour François Hollande ?

Confiance mais aussi inquiétude en l’avenir de la coopération économique entre Alger et Paris. Ce sont les deux mots qui ressortent de la visite de deux jours du Premier ministre français Bernard Cazeneuve en Algérie. « Je dois relever l’inquiétante tendance baissière des investissements français en Algérie », « en contradiction par rapport à notre ambition commune de partenariat stratégique », a dit le Premier ministre algérien Sellal à Bernard Cazeneuve lors de leur rencontre à huis clos.

De part et d’autre, on se veut rassurant
La relation franco-algérienne, souvent tourmentée du fait du poids de l’histoire, a été « absolument exceptionnelle » durant le quinquennat Hollande, a pour sa part plaidé Bernard Cazeneuve, dont la visite au Maghreb devait non seulement constituer une visite d’adieu, mais surtout servir de testament pour l’action de François Hollande au Maghreb.

« Quels que soient » les résultats de la présidentielle française, la coopération se poursuivra, a enchaîné Sellal. À ce sujet, le Premier ministre algérien a assuré que l’Algérie « ouvrira(it) ses bras au président élu par le peuple français », quel qu’il soit. Mais elle « souhaite l’élection d’un président proche de nos cœurs », a-t-il dit, main sur la poitrine.

Évoquant l’avenir, Sellal a estimé que la coopération et le partenariat économiques entre l’Algérie et la France devraient connaître un nouvel élan avec le règlement récent de la majorité des contentieux existant entre certaines entreprises des deux pays. « La majorité des contentieux qui bloquaient les relations économiques bilatérales ont été réglés. Hier (mercredi), un grand nombre de contentieux entre Sonatrach et Engie et Total par exemple ont été réglés », a-t-il poursuivi.

Quels sont les grands projets d’avenir entre les deux pays ?
Voulant rattraper le temps perdu et se tourner vers l’avenir, Bernard Cazeneuve a indiqué avoir évoqué avec Abdelmalek Sellal et les ministres algériens « les grands projets qui sont sur le point d’aboutir et qui vont permettre à la France de montrer toute sa confiance pour l’Algérie et de l’accompagner mieux encore dans son effort de diversification économique ». En effet, depuis l’ouverture d’une usine Renault à Oran, il n’y a pas eu de grand projet commun entre la France et l’Algérie.

Chiffres à l’appui, le chef du gouvernement français a soutenu que 450 entreprises de son pays sont actuellement présentes en Algérie, assurant 140 000 emplois. Les IDE français hors hydrocarbures en Algérie avoisinent 2,1 milliards de dollars, faisant de la France le premier investisseur étranger hors hydrocarbures dans le pays. Les échanges commerciaux algéro-français tournent autour de 11 milliards de dollars/an. Des investissements français en recul, alors que le pays faits désormais jeu égal avec l’Espagne.

Plusieurs accords de projets ont été signés au dernier jour de la visite de Bernard Cazeneuve. Ces accords concernent principalement les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables, l’agroalimentaire, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur. Parmi ces accords figure un protocole d’accord pour la création en Algérie d’une unité de fabrication de postes électriques moyenne et basse tension ainsi que d’armoires de protection pour les systèmes de contrôle de commande entre ELEC El Djazaïr et Schneider electric. L’objectif est de « consolider davantage les relations algéro-françaises et œuvrer pour leur densification et leur développement dans les domaines où la coopération entre nos deux pays doit faire l’objet de plus de dynamisme et d’initiatives », a relevé Sellal.

La coopération économique entre Alger et Paris est à son plus bas niveau ces trois dernières années. Quant aux liens politiques et diplomatiques, ils connaissent également des hauts et des bas.

 

IDRISS ELRAM    – Le Point Afrique-

 

Une pensée sur “Algérie – France : quel bilan pour François Hollande ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *