Agroalimentaire : Le groupe Forafric s’offre Mimran. Qui est Yariv Elbaz ?

 Selon Jeune Afrique, Forafric, connu pour ses marques de farine et de semoule MayMouna et Ambre et qui a acquis début 2016 son concurrent local Tria, devrait grâce à l’appui de son actionnaire financier Ycap, prendre le contrôle du groupe Mimran en Afrique de l’Ouest. L’opération, dont le montant avoisinerait le milliard d’euros permettra à Forafric de mettre la main sur trois joyaux de l’agroalimentaire en Afrique francophone : la Compagnie sucrière sénégalaise, numéro un du sucre au Sénégal, les Grands Moulins de Dakar et les Grands Moulins d’Abidjan, leaders de la farine au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Fondées par Jacques Mimran entre les années 1950 et les années 1970, et détenues aujourd’hui par Jean-Claude Mimran, ces trois entreprises réalisent entre 300 et 400 millions d’euros de chiffre d’affaires. Créé en 1943, Forafric est connu au Maroc pour ses marques de farine et de semoule MayMouna et Ambre. Il a été racheté il y a un an par le fonds d’investissement européen Ycap, dirigé par Yariv El Baz. Avec l’acquisition de Tria, le groupe affichait clairement des ambitions d’expansion en Afrique.

« L’ambition déclarée de Yariv Elbaz, lors de la reprise du groupe Forafric reste inchangée, c’est-à-dire celle de créer un champion africain du secteur, créateur de valeur et d’emplois, grâce à l’implantation de nouvelles unités sur le continent », avait alors souligné le communiqué du groupe marocain. Dans le cadre de cette expansion panafricaine, Forafric a annoncé en juillet 2015 la création de MayMouna Food – Gabon, une plateforme logistique basée à Libreville et censée desservir le Gabon et les pays limitrophes (Guinée équatoriale, Cameroun, Congo et Sao Tomé-et-Principe). La création d’une unité de production au Gabon avait également été évoquée.

Marocainspartout.com

 

 

Lire aussi: Qui est l’acheteur des filiales agroalimentaires du groupe Mimran ?
Extrait de JA numéro 2924 du 22 au 28 janvier 2017. © JA 2924 / NYF2014

L’investisseur né au Maroc est sur le point de prendre le contrôle de la Compagnie sucrière sénégalaise ainsi que celui des Grands Moulins de Dakar et d’Abidjan. Pour près de 1 milliard d’euros. Portrait dans le numéro 2924 de Jeune Afrique  du 22 au 28 janvier.

Avant 2014, Yariv Elbaz était peu connu au Maroc, où il est pourtant né. Le patron du gestionnaire de fonds et investisseur Ycap (1,2 milliard d’euros sous gestion) annonçait alors qu’il rachetait le producteur de farine et de semoule Forafric (marques Maymouna et Ambre), un poids lourd local.

La presse marocaine estimait l’opération à une centaine de millions d’euros. Et, pour sa première incursion sur le continent, le président d’Ycap ne cachait pas ses ambitions : « Nous voulons en faire un champion africain, créateur de valeur et d’emplois, grâce à l’implantation d’unités en Afrique subsaharienne », affirmait-il lors d’une conférence à Marrakech.

Sa plus grosse opération, Yariv Elbaz (41 ans dans quelques semaines) l’a menée en toute discrétion tout au long de 2016. Comme l’a révélé Jeune Afrique Business+ le 16 janvier, il a convaincu le milliardaire Jean-Claude Mimran, 71 ans, de lui céder les joyaux de son empire au sud du Sahara : la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS), les Grands Moulins de Dakar (GMD)et les Grands Moulins d’Abidjan (GMA).

Qui est donc l’homme capable de promettre une somme aussi importante ? Son portrait est à lire dans le numéro 2924 de Jeune Afrique en kiosques du 22 au 28 janvier.

 

 

Jeune Afrique

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *