Afrique du Sud : le nouveau visage de l’apartheid

On se demande pourquoi, tant d’années après la fin du régime de l’apartheid, la discrimination perdure à travers le système économique et pourquoi la majorité des pauvres sont noirs. C’est le problème de la propriété qui est à la base des inégalités et du maintien de la pauvreté dans les communautés noires. En effet, le programme d’accès aux logements sociaux (PDR) n’offre pas une pleine propriété à ses destinataires. De nombreuses entraves à l’exercice de leur droit montrent qu’ils sont considérés comme des sous-citoyens. Sans compter que le programme croule sous la corruption, ce qui n’arrange pas les choses…

 

Sans aucun doute, la discrimination raciale était l’une des caractéristiques de l’apartheid. Cependant, diluées dans une rhétorique politique confuse, on a du mal à comprendre les raisons de l’oppression de la majorité des Noirs Sud-Africains encore aujourd’hui. Comment le gouvernement de l’apartheid a-t-il réussi à créer plusieurs générations de noirs sud-africains pauvres ? La réponse est simple : en restreignant leurs droits de propriété.

 

Comme Leon Louw l’a dit récemment dans The Renegade Report sur CliffCentral, « La pire chose dans le régime de l’apartheid était son système économique ». Selon le parlementaire du Parti libéral, Edgar Brookes, co-écrivant avec JB MacAulay en 1958, « [la vie économique de] l’Africain est presque entièrement entre les mains des fonctionnaires … qui possèdent un large pouvoir discrétionnaire ». L’incapacité des personnes noires à participer librement aux activités du marché a joué un rôle majeur dans leur exclusion économique et sociale.

 

Depuis 1994, le gouvernement démocratique a mis en place divers programmes pour « résoudre » le problème de la pauvreté, mais aucun d’entre eux ne s’est vraiment attaqué à la source de la question : l’incertitude et l’insécurité qui touchent les droits de propriété. L’un d’eux était le projet de logements du Programme de reconstruction et de développement (PDR). A la base, les propriétés du PDR ont été attribuées à des individus précédemment défavorisés, ce qui était un net progrès par rapport aux cabanes non hygiéniques dans lesquelles ils croupissaient. Toutefois, les bénéficiaires ne devenaient pas immédiatement les propriétaires à part entière de ces biens. Dans les accords du PDR, il existe des « clauses préventives » qui interdisent souvent aux bénéficiaires de vendre ou de louer le bien pendant plusieurs années, ou qui limitent l’utilisation du bien à un seul résident.

 

Certains affirment que ces conditions étaient mises en place pour de bonnes raisons. Par exemple, pour s’assurer que les bénéficiaires ne vendent pas immédiatement la maison pour de l’argent. Mais un raisonnement comme celui-ci est révélateur de la mentalité condescendante au cœur de l’étatisme paternel. Les autres propriétaires sont en mesure de vendre, de louer ou de sous-louer leur propriété ; alors pourquoi pas les pauvres ?

 

Ce qui compte ici, c’est que nous ne pouvons pas qualifier le bénéficiaire de propriétaire, puisque la véritable propriété donne le pouvoir de vendre ou de louer un bien. La conséquence de ce manque de pleine propriété est qu’elle n’incitait pas les usagers à investir dans l’entretien et le développement du bien. Cela signifie également que si la propriété fournit un toit sur la tête du bénéficiaire, elle ne contribue pas pour autant à atténuer sa pauvreté réelle.

 

C’est la raison pour laquelle, plusieurs bénéficiaires des maisons de PDR ont décidé, en violation de la loi, d’utiliser leurs propriétés comme des ressources génératrices de revenus. Ils les ont cédées, « au noir », à d’autres familles encore plus désespérées et sont partis ailleurs, où, par exemple, ils pouvaient trouver un emploi. L’incapacité de vendre légalement leur propriété pour chercher des opportunités d’emploi dans d’autres villes, les a poussés dans l’illégalité. Or, comme il s’agit d’une pratique illégale, le prix de vente est faible, en dessous de sa réelle valeur et cela entretient le cercle de la pauvreté.

 

En 2012, Bubu Xuba, fonctionnaire du métro de Johannesburg, s’est confié à l’ONG Corruption Watch et a expliqué que les bénéficiaires des logements concernés par le programme devaient rester dans leur maison pendant au moins huit ans et que s’ils voulaient vendre ensuite, ils devaient accorder la préférence à l’Etat. Ainsi, s’ils tentent de vendre avant la fin de la période ou donnent la préférence à quelqu’un d’autre que l’Etat, ils peuvent être considérés comme des fraudeurs et peuvent être accusés d’avoir commis un acte criminel et ceci pour avoir simplement voulu vendre leur maison. Notons en plus que le processus d’allocation lui-même n’est pas transparent et a conduit à des abus de corruption. Certains fonctionnaires municipaux ont en effet accepté des pots-de-vin de la part de candidats, fatigués d’attendre depuis plus de 15 ans leur tour sur une longue liste d’attente.

 

De toute évidence, ce n’est pas de cette manière que la transformation sociale se produira. Les Sud-Africains pauvres, pour la plupart noirs, sont toujours soumis au caprice discrétionnaire du gouvernement et se voient toujours refuser des droits de propriété. Pour permettre aux pauvres de devenir autonomes, il faut avant tout leur permettre l’accès à une vraie propriété dans un processus transparent et libre.

Martin Van Staden

Martin van Staden est directeur des programmes académiques pour l’Afrique australe des Students for Liberty.

 

Libreafrique.org

Une pensée sur “Afrique du Sud : le nouveau visage de l’apartheid

Commentaires fermés.